Guide Rapide

sorties Vod, Dvd, Blu‑Ray

Ils jouent dans des films, après-demain soir à la télé :
20h55
Cameron Diaz
Cameron Diaz
20h55
Jim Carrey
Jim Carrey
20h55
José Garcia
José Garcia
21h00
Sophie Marceau
Sophie Marceau

Sortie dvd et blu-ray: Moi, Daniel Blake

I, Daniel Blake
Film réalisé en 2016, UK-France-Belgique, par : Ken Loach
Durée: 1h41
Genre: Drame
Après avoir subi une crise cardiaque, Daniel, un menuisier, ne peut plus travailler. Malgré l'avis contraire de son médecin, l'agence pour l'emploi britannique lui demande de chercher un travail. Pour cela, il doit apprendre à se servir d'un ordinateur.
Sortie VOD location et vente
Sortie DVD location
Sortie Blu Ray location
: inconnue
: inconnue
: inconnue

DVD vente
Blu Ray vente

: 1er mars 2017
: 1er mars 2017
Nombre de votants: 11 966 internautes
8,2  /10
sortie dvd blu ray 3D imdb
sortie dvd blu ray 3D allocine
Nombre de votants chez IMDb:
Nombre de votants chez Allociné:
9 529
2 437
note: 8,1
note: 8,8
sortie dvd et blu-ray Moi, Daniel Blake
© Le Pacte
< >
dvd blu ray occasion chez Price Minister
dvd blu ray Cdiscount
Vous pouvez louer des dvd (envoyés par la poste) chez: dvd blu ray location chez CineHome
Ou bien Glowria: dvd blu ray location Video Futur

ou encore:
dvd blu ray location Hollystar
Voir toutes les vidéos en qualité normale
ou éventuellement en HD, Dailymotion
  Youtube
La répartition des votes des internautes (Allocine + IMDb)
42%
ont adoré
sortie dvd et blu-ray 3D
(notes: 9 et 10)
52%
aiment vraiment
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 7 et 8)
4%
aiment moyen
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 5 et 6)
1%
n'aiment pas
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 3 et 4)
1%
détestent
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 1 et 2)
Aperçu des critiques de la presse Internet (sortie dvd et blu-ray Moi, Daniel Blake):

"A 80 ans, Ken Loach n'a pas baissé les armes. (...) Tous les oubliés du système - ces victimes de toutes les crises, de toutes les politiques de rigueur -, il est le seul, désormais, sur son île ultralibérale, à les défendre caméra au poing, sans rien lâcher."
Telerama

"Ken Loach revient avec un fresque sociale vertigineuse à la Dickens. Qu’elles semblent loin, les velléités de retraite du britannique, lui qui se montre plus révolté que jamais avec Moi, Daniel Blake"
Avoir Alire

"Pour ceux qui ne connaissent pas de l’oeuvre du cinéaste anglais, Moi, Daniel Blake peut faire figure de piqûre de rattrapage. On y retrouve toutes les obsessions politiques et sociales de son auteur, plus enragé que jamais contre l’Etat anglais et sa machine bureaucratique qui broie les femmes et les hommes en position de faiblesse."
Paris Match

"Le cinéaste, désormais membre du club très fermé des détenteurs d'une double-Palme d’or (avec Le Vent se lève en 2006), a signé un chef d’oeuvre. De pureté et de pudeur. Un chef d’oeuvre dépouillé, teinté d’une colère glaçante."
Culture Box

"Avec son complice, Paul Laverty, scénariste de ses films depuis vingt ans, Ken Loach mène de longues enquêtes avant de tourner. Ce méticuleux travail de préparation aboutit à une oeuvre magnifique et bouleversante. Mise en scène réaliste, plans-séquences énergiques, rythme, dialogues, situations : tout sonne juste."
La Croix

"Moi, Daniel Blake pourrait être un énième film social sur un monde déshumanisé en crise. Mais il est plus que cela. Nouvelle version de Don Quichotte, Ken Loach offre aux spectateurs le portrait d’un chevalier des temps modernes en lutte avec les moulins à vent de l’administration."
Le Blog du Cinéma

"On est toujours saisi par cette capacité qu’à Ken Loach à nous intéresser à des sujets difficiles du quotidien, à captiver les spectateurs par les aventures ordinaires de gens en déshérence. Le parcours de Daniel nous laisse aussi admiratif que pensif et le film nous étreint comme un électrochoc, véritable appel à la conscience collective."
L'Obs

"Si on peut reprocher au réalisateur anglais de rechercher à tout prix les larmes de son audience (et ça marche ! Ceux qui y résistent passeront pour insensibles), on ne peut néanmoins nier son acuité et son ardeur à dénoncer, encore et toujours, le mal social de notre temps."
Gala

"Le film est coécrit par Paul Laverty, collaborateur de longue date de Loach, qui avait déclaré que l’un des points de départ de l’écriture de cette oeuvre était le fait que le grand public croit que la fraude aux allocations sociales représente 24 % des versements alors que les organismes l’estiment à 0,7 %. (...) Le film est aussi redoutablement révoltant."
Courrier international - The Spectator

"Moi, Daniel Blake est un film crépusculaire sur la fin d’une époque. Il décrit la disparition programmée de ceux qui ne sont pas viables dans le système. Loach en rajoute des louches dans sa façon de décrire un milieu ouvrier solidaire et ouvert - alors que tout le monde sait que l’absence de solidarité est justement l’un des grands maux contemporains - ou lorsqu’il superpose les couches de malheur pour nous faire pleurer (comme cette histoire d’amour-amitié improbable avec une mère célibataire)."
Les Inrocks

"Moi, Daniel Blake n’est juste que l’un des plus mauvais films de Ken Loach, tant il se repose sans remords sur des schémas narratifs éculés, des personnages manichéens sans nuances, des situations apitoyantes, un regard actuel sur la société lourd et passif (la technologie qui laisse en bord de route les vieilles générations) et un dénouement tout ce qu’il y a de plus simpliste. Moi, Daniel Blake est un film aussi paresseux que simpliste qui ne rend pas du tout hommage à l’immense cinéaste qu’a été Ken Loach."
Ciné Séries Mag

"Il paraît évident que cette Palme d’Or aura été celle de la paresse et de l’émotion facile. Le chantage à la larme plutôt que le cinéma, l’indignation bon teint de cinéphile en smoking, rotant avec émotion leur champagne tiédit, plutôt que le questionnement esthétique."
Ecran Large
Synopsis usuel:

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…
Sortie ciné : 26 octobre 2016
Box office France: 833 875 entrées cinéma

Palme d'Or au festival de Cannes en 2016