Guide Rapide

sorties Vod, Dvd, Blu‑Ray

Les publicités sont peu nombreuses sur ce site, mais nécessaires à son financement.
Si vous aimez Guide rapide, pensez à faire une exception sur votre bloqueur de pub !

Sortie dvd et blu-ray: Onoda - 10 000 nuits dans la jungle

Onoda
Film réalisé en 2021, France-Japon-Allemagne-Belgique-Italie-Cambodge, par : Arthur Harari
Durée: 2h47
Genre: Drame, Aventure, Guerre, Historique
En 1944, le lieutenant japonais Onoda est chargé de sauver l'aérodrome de l'île de Lubang en organisant une guérilla locale. En 1945, il ne reçoit aucune information que la guerre est finie. Il reste donc sur l'île, croyant être toujours en guerre.
Sortie VOD location et vente
Sortie DVD location et vente
Sortie Blu Ray location et vente
: inconnue
: 1er déc 2021
: 1er déc 2021
Nombre de votants: 1 042 internautes
8,1  /10
sortie dvd blu ray 3D imdb
sortie dvd blu ray 3D allocine
Nombre de votants chez IMDb:
Nombre de votants chez Allociné:
408
634
note: 7,6
note: 8,4
sortie dvd et blu-ray Onoda - 10 000 nuits dans la jungle
© Le Pacte
< >
vod
dvd blu-ray
Voir toutes les vidéos en qualité normale
ou éventuellement en HD, Dailymotion
  Youtube
Trouver le film en VOD
grâce au SERVICE PROPOSÉ PAR LE
Aperçu des critiques de la presse Internet (sortie dvd et blu-ray Onoda - 10 000 nuits dans la jungle):

"Arthur Harari a trouvé le moyen de rendre particulièrement crédible cette histoire vraie mais incroyable. Le réalisateur français en a fait un film d’aventures, plus qu’un film de guerre, avec un suspense qui distille ses effets de surprise pendant 2h45."
20 minutes

"Le réalisateur prend son temps, impose un rythme que l’on qualifierait d’asiatique si sa mise en scène n’était aussi limpide, d’un classicisme universel, avec une aptitude à nous rendre accessibles les plus exotiques des personnages. Onoda (...) est considéré comme un héros au Japon."
L'Obs - Nicolas Schaller

"Avec Onoda, Arthur Harari réalise un tour de force magistral en offrant une œuvre exigeante, accomplie et admirable. Jamais dépassé par son grand sujet et l’aspect monumental de son projet, le réalisateur français est concrètement en passe d’être l’une des grandes figures d’un cinéma hexagonal, partagé entre la question du genre populaire et la beauté de l’art avec un grand A."
Ecran Large - Salim Belghache

"Qu’un auteur français réalise une fresque si exigeante et ambitieuse est une fierté. En effet, Arthur Harari se plonge et nous plonge au cœur d’une expérience assez dingue, sur une île des Philippines qui sert de décor exclusif à l’histoire et à notre protagoniste pendant près de trente ans."
Avoir Alire - Thomas Bonicel

"Fiévreux et contemplatif, poétique et inquiétant, Onoda met en scène la « logique déraisonnable » d’un homme qui, jusqu’au bout, s’accroche à des convictions aussi absurdes que nécessaires à ses yeux."
Marianne - Olivier De Bruyn

"Onoda est un film particulièrement ambitieux, qui interroge avec force l’héroïsme et l’humanité."
Le Bleu du Miroir

"Avec intelligence, le récit est ponctué par les écoutes radio effectuées par le groupe, laissant poindre quelques événements historiques qui donnent aux spectateurs quelques jalons du temps qui passe, alors que les corps et visages évoluent physiquement."
Abus de Ciné - Olivier Bachelard

"Depuis la nuit des temps, les réflexes de survie sont immuables - dormir dans une grotte le temps que la pluie cesse, construire un abri de fortune, apprendre à manger les bons fruits. L’Ile devient un personnage à part entière qu’il faut cartographier avec précision, une Nature parfois dangereuse, souvent généreuse. Arthur Harari ne filme pas que les moments de détresse mais aussi cet enivrement qui saisit les Robinson quand ils parviennent à s’intégrer dans un environnement hostile."
Paris Match

"Onoda raconte la vie de l’homme qui ne voulait pas mourir : idée simple et idée fixe, qui donne le plus beau des biopics. Ne pas mourir, c’est un sujet de cinéma, qui sert ici de cœur battant à la mise en scène, et non un sujet de scénario. On se souvient que Diamant noir (2016, le premier long métrage d’Harari) déjà tordait son récit de série noire en direction de la radiation pure, de la concentration brûlante, à même le cadre, à même le corps, composant un arc électrique entre l’œil et la main de Niels Schneider, en voleur-diamantaire d’Anvers. Quelque chose se passe dans les films d’Arthur Harari, un phénomène cosmique aussi patient qu’intense, de type trou noir ou supernova. Quelque chose d’aventureux, d’aventurier (...)."
Libération - Luc Chessel

"Onoda est une sorte de lent poème (...) pas un film facile, évident, ni un film radical, mais une expérience qui hante quelques jours durant. On n’en ressort pas en hurlant au chef-d’œuvre - cet horrible mot. Mais, deux jours plus tard, on finit par se dire : j’ai vu quelque chose. Quelque chose que je n’avais jamais vu. J’ai fait l’expérience d’un regard neuf et, faire l’expérience d’un regard neuf, c’est sans doute le plus haut degré de l’extase cinématographique."
Culturopoing

"La fiction d’une guerre sans fin, imaginée pendant trente ans par le soldat oublié, apparaît pour ce qu’elle est : le mirage qui permet à toute vie d’être vécue."
Le Monde - Mathieu Macheret

"Onoda peine à figurer le passage du temps ou la solitude du soldat : le personnage principal reste le plus souvent accompagné par une poignée d’officiers relativement bavards, et le film, parce qu’il suit une trame au fond tout à fait conventionnelle (plusieurs périodes d’isolement sont entrecoupées d’ellipses et de quelques flashbacks éclaircissant les motivations d’Onoda), ne parvient jamais vraiment à installer une quelconque sensation de lenteur voire de lassitude. Plus décevant encore est le cas de la jungle, cadre principal de l’action qui reste en l’état inexploité. (...) la jungle d’Onoda n’est pas un espace mais un décor, une toile de fond qui n’influence pas, ou peu, la forme du film."
Critikat - Corentin Lê

"Tous les ingrédients semblent réunis devant la caméra du français Arthur Harari pour donner lieu à un récit de grande aventure, un western au souffle épique. Tous les ingrédients sont là, tous traités avec sérieux, et pourtant c’est comme s’ils nous étaient présentés dans une inviolable vitrine. Il y a en effet comme une vitre épaisse nous séparant du film qui parait se dérouler sur des rails, mais à des kilomètres de nous. Tout est là à l’écran et pourtant tout manque de chair et de poids. Parmi ses sources d’influences, Arthur Harari cite en référence des oeuvres littéraires ? Ce n’est peut-être pas un hasard, car en dépit une ambition certaine, Onodaa demeure hélas du cinéma d’illustration, un film figé où tout passe par le récit et jamais assez par la pure mise en scène."
Polysester
Synopsis usuel:

Fin 1944. Le Japon est en train de perdre la guerre. Sur ordre du mystérieux Major Taniguchi, le jeune Hiroo Onoda est envoyé sur une île des Philippines juste avant le débarquement américain. La poignée de soldats qu’il entraîne dans la jungle découvre bientôt la doctrine inconnue qui va les lier à cet homme : la Guerre Secrète. Pour l’Empire, la guerre est sur le point de finir. Pour Onoda, elle s’achèvera 10 000 nuits plus tard.
Sortie ciné : 21 juillet 2021
Box office France: 45 512 entrées cinéma
La répartition des votes des internautes (IMDb)
18%
ont adoré
sortie dvd et blu-ray 3D
(notes: 9 et 10)
69%
aiment vraiment
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 7 et 8)
9%
aiment moyen
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 5 et 6)
2%
n'aiment pas
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 3 et 4)
3%
détestent
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 1 et 2)