Guide Rapide

sorties Vod, Dvd, Blu‑Ray

Ils jouent dans des films, demain soir à la télé :
20h55
Russell Crowe
Russell Crowe
21h05
Amy Adams
Amy Adams
21h05
Daniel Day-Lewis
Daniel Day-Lewis
21h05
Jean Dujardin
Jean Dujardin

Sortie dvd: No Direction Home, Bob Dylan

"American Masters" No Direction Home: Bob Dylan
Film TV, 2005, Japon-USA-UK, de Martin Scorsese
Durée: 3h21
Genre: Documentaire, Biographie, Historique
Martin Scorsese va à la rencontre de Bob Dylan, qu'il interviewe et dont il retrace le parcours - en particulier les années 60 - grâce à des images d'archives et les interventions de proches du chanteur.
Sortie VOD location et vente
Sortie DVD location et vente
Sortie Blu Ray location et vente
: inconnue
: 4 nov 2005
: inconnue
Nombre de votants: 9 745 internautes
8,6  /10
sortie dvd blu ray 3D imdb
sortie dvd blu ray 3D allocine
Nombre de votants chez IMDb:
Nombre de votants chez Allociné:
9 467
278
note: 8,6
note: 7,9
sortie dvd No Direction Home, Bob Dylan
© Paramount
< >
vod
dvd
Voir toutes les vidéos en qualité normale
ou éventuellement en HD, Dailymotion
  Youtube
Trouver le film en VOD
grâce au SERVICE PROPOSÉ PAR LE
La répartition des votes des internautes (Allocine + IMDb)
62%
ont adoré
sortie dvd 3D
(notes: 9 et 10)
34%
aiment vraiment
sortie dvd 3D barre pourcentage
(notes: 7 et 8)
2%
aiment moyen
sortie dvd 3D barre pourcentage
(notes: 5 et 6)
1%
n'aiment pas
sortie dvd 3D barre pourcentage
(notes: 3 et 4)
1%
détestent
sortie dvd 3D barre pourcentage
(notes: 1 et 2)
Aperçu des critiques de la presse Internet (sortie dvd No Direction Home, Bob Dylan):

"Avec ce formidable documentaire sur Bob Dylan, on découvre avec émotion la vie et les facettes du personnage. Son parcours est ponctué de passages d'une interview récente de Dylan qui se livre comme il ne l'a jamais fait. C'est absolument incroyable."
L'Oeil sur l'Ecran - Elle

"Ce documentaire est assez fabuleux, Bob Dylan s'y livre beaucoup plus qu'il ne le fait dans son autobiographie (qui m'avait un peu laissé sur ma faim). (...) Il y a beaucoup de petits interviews aussi, passionnants et même parfois amusants (entendre par exemple Alan Kooper raconter benoîtement son intervention à l'orgue sur « Like a rolling stone » est assez savoureux). L'ensemble se regarde avec beaucoup de plaisir et d'intérêt. Ce documentaire nous montre Dylan comme on ne l'avait jamais vu."
L'Oeil sur l'Ecran - Lui

"Dylan se met à table comme jamais ! Avec son manager Jeff Rosen, il s'est livré à dix (10 ! ! ! ) heures d'interview où il n'élude quasiment aucun sujet : son Minnesota natal, son arrivée à NY, ses relations avec Baez, ses démélés avec les puristes du folk..."
Naveton Cinema

"La tâche du cinéaste était considérable : trouver le bon équilibre pour marier les différents types de témoignages. Inutile de dire qu'un maestro comme Scorsese s'en sort avec brio."
Naveton Cinema

"On découvre le Dylan engagé aux côtés de Joan Baez dans les protests songs et aussi Dylan le rebelle qui refuse de prendre la tête de la contestation de la gauche américaine. C'est à partir de ce moment qu'il bifurque, crée son groupe de rock électrique qui fera hurler de rage les puristes du folk."
L'Oeil sur l'Ecran - Elle

"Côté interview, Bob Dylan fait preuve d'un humour dévastateur et glisse quelques phrases perspicaces qui éclairent sur sa démarche artistique."
Etat Critique

"Le second volet du film montre un chanteur qui a fait sa mue. Emacié, beau comme un demi-dieu, accompagné par un groupe électrique, il affronte désormais sur les scènes du monde une notoriété écrasante et l'hostilité de puristes désorientés. L'époque de ses plus glorieux albums (Highway 61 revisited, 1965 ; Blonde on Blonde, 1966) est aussi celle de l'incompréhension, du chaos, et d'une grande lassitude droguée qui envoie Dylan dans le mur alors qu'il vient de fêter ses 25 ans (le fameux accident de moto)."
Telerama

"Côté archives, les films d'époque sont de toute beauté. Citons notamment les extraits d'émissions télévisées datant de 1963 et 1964 au cours desquelles Dylan interprète certains de ses grands classiques, les larges extraits du festival de Newport en 1963 (avec Joan Baez), ainsi que les splendides images de la tournée de 1966. Dans ces dernières, on perçoit nettement la réaction hostile d'une partie du public "folk" lorsque Dylan électrise son répertoire."
Etat Critique

"Scorsese a tourné le dos à la bio exhaustive pour se concentrer sur une période plus emblématique, plus scorsesienne, pourrait-on dire : la montée en puissance de celui qui deviendra le père fondateur du rock adulte, en 1961, jusqu'à sa première "chute", lors de la série de concerts donnés en Angleterre en 1966. Notamment celui de Newcastle, le 21 mai, pendant lequel les spectateurs, mécontents de voir leur idole ne pas faire ce qu'ils attendaient d'elle - les mêmes chansons connues, alors que Dylan s'attaquait à un rock plus électrique - le traitèrent de Judas. "Bob est un homme en perpétuelle évolution, explique Joan Baez. Il n'a jamais voulu être ce que les gens voulaient qu'il soit." C'est ce passionnant chemin sans fin que filme Scorsese."
L'Express
Synopsis usuel:

Dans ce documentaire très dense, Martin Scorsese réalise une biographie passionnante sur l'icône indémodable de la folk, cette star qui eut une influence considérable sur la musique et la politique en son temps. Performances live, séquences d'enregistrement en studio et confessions intimes de l'artiste sont au menu de cette anthologie exceptionnelle !
 
La critique sur L'Oeil sur l'Ecran
La critique sur Naveton Cinema
La critique sur Etat-critique
La critique sur Telerama
La critique sur L'Express