Guide Rapide

sorties Vod, Dvd, Blu‑Ray

Bonjour, ce site présente les films qui sortent en dvd, mais j'ai créé aussi un autre site qui permet de savoir quels sont les films qui passent à la télé.Il me serait très utile par exemple que vous me disiez si le site ne vous intéresse pas et ne vous intéressera jamais, ou bien s'il pourrait vous intéresser mais uniquement à la condition qu'il soit présenté autrement, ou qu'il ait d'autres fonctionnalités. Cordialement.
formulaire de contact

Sortie dvd et blu-ray: Un, deux, trois

One, Two, Three
Film réalisé en 1961, USA, par : Billy Wilder
Durée: 1h55
Genre: Comédie
McNamara est directeur pour l'Allemagne chez Coca-Cola. Il doit s'occuper de la fille de son patron venue séjourner à Berlin. Celle-ci disparaît, puis réapparaît accompagnée d'un communiste avec qui elle vient de se marier !
Sortie VOD location et vente
Sortie DVD location
Sortie Blu Ray location
: inconnue
: 18 mai 2004
: inconnue

DVD vente
Blu Ray vente

: 18 mai 2004
: 4 juin 2019
Nombre de votants: 13 355 internautes
8  /10
sortie dvd blu ray 3D imdb
sortie dvd blu ray 3D allocine
Nombre de votants chez IMDb:
Nombre de votants chez Allociné:
13 211
144
note: 8
note: 7,7
sortie dvd et blu-ray Un, deux, trois
© Mgm / United Artists
< >
vod
dvd blu-ray
Voir toutes les vidéos en qualité normale
ou éventuellement en HD, Dailymotion
  Youtube
Trouver le film en VOD
grâce au SERVICE PROPOSÉ PAR LE
La répartition des votes des internautes (Allocine + IMDb)
43%
ont adoré
sortie dvd et blu-ray 3D
(notes: 9 et 10)
45%
aiment vraiment
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 7 et 8)
10%
aiment moyen
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 5 et 6)
1%
n'aiment pas
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 3 et 4)
1%
détestent
sortie dvd et blu-ray 3D barre pourcentage
(notes: 1 et 2)
Aperçu des critiques de la presse Internet (sortie dvd et blu-ray Un, deux, trois):

"Encore aujourd'hui, on se demande comment un tel film a pu passer au travers de la censure en pleine guerre froide, d'autant plus que les deux principaux belligérants de ladite guerre en prennent magistralement pour leur grade deux heures durant."
Cine Critiques

"Un, Deux, Trois est du vitriol à l'état pur. Rythme effréné, dialogues étincelants, gags à foison. C'est probablement le film où se révèle le mieux l'idée du monde selon Wilder : une cavalcade hystérique, menée par des corrompus et des couards."
Telerama

"La malchance a voulu que Un, Deux, Trois sorte en salles peu après l'édification du mur de Berlin. Le film connut un bide retentissant car plus personne n'avait envie de rire de la coexistence Est-Ouest. (...) Le film fut accusé d'anti-communisme primaire. La satire est très appuyée, tout est caricaturé à l'extrême."
L'Oeil sur l'Ecran - Lui

"Cette grosse farce au cynisme parfois agaçant avance à toute allure sans s'encombrer de beaucoup de nuances. D'où le sentiment, par rapport aux chefs-d'oeuvre du cinéaste, que quelque chose manque ici."
Il etait une fois le Cinema

"Un, Deux, Trois, comédie survoltée, donne une impression un peu pénible : celle que Wilder a fait son temps, et que le génie du rythme de jadis se confond ici avec une hystérie assez pénible. Mais par moments, quelques petites choses excellentes ressurgissent : des dialogues toujours finement ciselés, un regard on ne peut plus acerbe sur le monde moderne, le sens des détails et cette façon d'utiliser le moindre petit élément pour créer une multitude de gags."
Shangols
Synopsis usuel:

A Berlin-Ouest, l'ambitieux Mac Namara représente les intérêts de Coca-Cola. Il voudrait bien conquérir le marché de l'Est, ce qui lui vaudrait à coup sûr de l'avancement. Il entreprend donc de convaincre un trio d'attachés commerciaux soviétiques. Sur ces entrefaites débarque miss Coca, fille du grand patron de la firme et séductrice impénitente. Les tracas ne font que commencer...
Un, deux, trois est un film en noir et blanc.
Sortie ciné : 28 février 1962
La critique sur Cinecritiques
La critique sur Telerama
La critique sur L'Oeil sur l'Ecran
La critique sur Il etait une fois le Cinema
La critique sur Shangols