Guide Rapide

sorties Vod, Dvd, Blu‑Ray

Ils jouent dans des films, après-demain soir à la télé :
21h00
Leonardo DiCaprio
Leonardo DiCaprio
21h00
Michael J. Fox
Michael J. Fox
21h00
Denzel Washington
Denzel Washington
20h55
Michel Piccoli
Michel Piccoli

Sortie vod, dvd: Je suis heureux que ma mère soit vivante

Film réalisé en 2008, France, par : Claude Miller, Nathan Miller
Durée: 1h30
Genre: Drame
Thomas est abandonné par sa mère alors qu'il a 4 ans. Il grandit désormais dans une famille d'adoption. Mais il cherche à retrouver sa mère biologique. Il la retrouve alors qu'il est déjà majeur. La rencontre n'est pas simple.
Sortie VOD location
Sortie DVD location
Sortie Blu Ray location
: 4 déc 2013
: 4 mars 2010
: inconnue
VOD vente
DVD vente
Blu Ray vente
: 4 déc 2013
: 16 mars 2010
: inconnue
Nombre de votants: 706 internautes
6,9  /10
sortie dvd blu ray 3D imdb
sortie dvd blu ray 3D allocine
Nombre de votants chez IMDb:
Nombre de votants chez Allociné:
410
296
note: 6,7
note: 7,2
sortie vod, dvd Je suis heureux que ma mère soit vivante
© Metropolitan
< >
vod
dvd
dvd blu ray occasion chez Price Minister
dvd blu ray Cdiscount
Vous pouvez louer des dvd (envoyés par la poste) chez: dvd blu ray location chez CineHome
Ou bien Glowria: dvd blu ray location Video Futur

ou encore:
dvd blu ray location Hollystar
Voir toutes les vidéos en qualité normale
ou éventuellement en HD, Dailymotion
  Youtube
La répartition des votes des internautes (Allocine + IMDb)
18%
ont adoré
sortie vod, dvd 3D
(notes: 9 et 10)
46%
aiment vraiment
sortie vod, dvd 3D barre pourcentage
(notes: 7 et 8)
27%
aiment moyen
sortie vod, dvd 3D barre pourcentage
(notes: 5 et 6)
7%
n'aiment pas
sortie vod, dvd 3D barre pourcentage
(notes: 3 et 4)
2%
détestent
sortie vod, dvd 3D barre pourcentage
(notes: 1 et 2)
Aperçu des critiques de la presse Internet (sortie vod, dvd Je suis heureux que ma mère soit vivante):

"Claude Miller s’associe à son fils Nathan pour mettre en scène efficacement un fait divers sordide du début des années 90. Il en résulte une manifestation sanglante du complexe d’Oedipe transcendée par l’interprétation de ses comédiens, en particulier Vincent Rottiers, tout simplement magistral."
Avori Alire

"Avec l'excellente prestation de ses comédiens, une réalisation sobre mais construite, Je suis heureux que ma Mère soit Vivante se présente comme le fait divers qu'il fut, simple mais tragique."
Excessif

"Je suis heureux que ma Mère soit Vivante est un suspense épuré, un film ambigu et troublant : souffrance dans tous les coins et ellipses dans chaque plan. Rien n'est expliqué, encore moins justifié : ni cette mère, plus inconsciente qu'indifférente, qui aime les mecs, et donc ce petit nouveau qui débarque dans sa vie. Ni ce jeune homme au regard de glace (Vincent Rottiers, intense) qui ne pose, à aucun moment, les questions que tout le monde attend."
Telerama

"Les réalisateurs distillent subtilement quelques touches de sensibilité au sein d’un récit terriblement bien charpenté et courageux dans sa mise à distance du mélodrame. D’aucuns parleront de « clinicité » du climat, de froide arithmétique des coeurs... on préférera de notre côté parler de dignité."
Critikat

"Je suis heureux que ma Mère soit Vivante est un morne mélo social sur la filiation à la pesanteur pachydermique. Les réalisateurs se contentent d’illustrer avec application un triste fait divers. Le film se solde par un concentré de tous les effets pervers de l’oeuvre de Pialat sur le cinéma français. Bref, l’hystérie à tous les étages et à tout bout de champ masque mal la profonde vacuité de ce film incolore et inodore sur les soubresauts d’un jeune homme taraudé par le fait d’avoir été abandonné par sa mère, qui renoue avec elle dans des conditions troubles."
Les Inrocks
Synopsis usuel:

Notre identité est un vêtement dont notre enfance a dessiné les coutures. La présence de ceux qui nous ont élevés, nos parents, a été fondatrice de ce que nous sommes. Mais que se passe-t-il quand il s'agit d'absence ? C'est une des questions posées par notre histoire.
Entre 7 et 20 ans, Thomas a recherché Julie, sa mère biologique. A l'insu de ses parents adoptifs, il va retrouver cette femme qui l'a abandonné à 4 ans et commencer auprès d'elle une "double vie". Mais "qui a deux maisons perd la raison..." dit le proverbe.
Sortie ciné : 30 septembre 2009
Box office France: 57 084 entrées cinéma
La critique sur Avoir Alire
La critique sur Tf1
La critique sur Telerama
La critique sur Critikat
La critique sur Les Inrocks